L’agriculture en Ile-de-France = Source de solutions avec la fertilisation

 Dans un précédent article, il a été démontré que l’agriculture, face aux changements climatiques, pouvait être source de solutions grâce, par exemple, aux céréales qui sont des puits non négligeables de carbone. L’agriculture peut être aussi force de proposition. En effet, l’objectif est de mettre en place des stratégies visant à augmenter les quantités de CO2 captées mais également à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). C’est anticiper et s’adapter au changement climatique !

 

Depuis des décennies, les pratiques culturales évoluent pour améliorer l’impact sur l’environnement. Ainsi, les émissions de GES ont diminué de 10 % entre 1990 et 2012.

Avec l’appui de la Chambre d’Agriculture, chaque étape de l’itinéraire cultural est étudiée et améliorée. Les Chambres accompagnent les agriculteurs dans le domaine de la fertilisation, sur la réalisation du plan prévisionnel de fumure et du bilan de fertilisation. Elles mettent à disposition des guides de calcul prévisionnel de la dose d’azote  et proposent des services [email protected] permettant d’en faciliter le pilotage.

Avoir une fertilisation équilibrée avec un bon pilotage permet d’apporter la juste dose d’engrais au moment où la plante est en demande et en fonction des conditions météorologiques. La modulation des interventions joue également un rôle important en  optimisant les apports d’engrais soit en fonction des développements de la plante soit en fonction des zones ciblées pour chaque parcelle.

L’agriculture contribuera donc à être une source de solutions.